Les mines de Bruoux à Gargas

14 May 2019

L'après-midi, nous étions moins nombreux pour découvrir les mines de Bruoux à Gargas . Plus connues de la plupart d'entre nous, les ocres du Colorado provençal à Rustrel et celles de Roussillon étaient plus accessibles et propices à des randonnées .

En effet, c'est en 2009 que la mairie de Gargas a choisi la sarl Arcano pour assurer l'ouverture des lieux au public. Arcano représentant Okhra (conservatoire de l'ocre et de la couleur) et la Sof (société des Ocres de France, dernier fabricant d'ocre en Europe, aujourd'hui société familiale, propriété de la famille Guigou.)

Le site est caché dans la nature, et les falaises jaune clair à l'à-pic impressionnant se dressent tout à coup devant nous. Nous découvrons derrière de vastes entrées , d'immenses galeries souterraines de plus de 40 km de long, de 15 à 20m de haut, creusées dans les collines par les ocriers .

Notre guide nous apprend que les premières exploitations du minerai à Gargas remontent aux environs de 1848. Les ocriers -paysans deviennent des ouvriers -ocriers à la suite de la crise de l'agriculture de 1860.

A partir des années 1950, l'activité ocrière en plein déclin fait place à la culture des champignons, mais la dernière des champignonnières a fermé en 2008 .

Aussi, ces mines renaissent sous les yeux des touristes , vestiges d'une très grande activité passée .

Notre guide nous fait participer , répéter les termes techniques de l'extraction des sables ocreux : on imagine le mineur d'avancement, éclairé par une lampe à acétylène, balançant sa pioche à deux têtes, de droite à gauche, pour tailler le minerai et façonner la voute de la galerie . Il nous montre les traces des pics ,les puits d'aération, nous parle de l'utilité du fil à plomb, de la lampe à carbure , de la poudre noire , encore apparente par endroits (mélange de charbon de bois et de salpêtre), de la cheddite (chlorate et potassium) qui servaient à faire exploser un bloc sans abîmer les parois.

En sortant de ce dédale de galeries aux couleurs variées (selon la présence de l'oxyde de fer), nous retrouvons la douceur de la température contrastant avec les 10° et 80% d'humidité de l'intérieur des mines .

Cette visite de notre patrimoine, enrichissante et ludique à la fois, nous a rappelé les qualités de l'ocre comme produit naturel et fait comprendre le regain d'intérêt qu'elle suscite aujourd'hui.

 

 

 

Please reload

Recent Posts

September 26, 2019

Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© Contenu: Michel BOST          

© Graphisme : M. Marti

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now